ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 1/4 - 1988  - pp.143-150  - doi:10.1007/BF03007245
TITRE
La complexité des systèmes opioïdes endogènes mise en évidence par les effets de l’injection systémique de naloxone chez un modèle expérimental de douleur, le rat arthritique

RÉSUMÉ

Les effets de la naloxone ont été évalués chez un modèle expérimental de douleur inflammatoire (le rat rendu polyarthritique par une injection d’adjuvant de Freund dans la queue), en utilisant la mesure du seuil de vocalisation induite par pression d’une patte. Les diverses séries expérimentales effectuées montrent clairement que des doses très faibles de naloxone peuvent induire un effet antinociceptif chez ces animaux, tandis que des doses fortes induisent un effet hyperalgique. Ces effets ne sont pas observés chez le rat normal. Un effet bidirectionnel analogue de la naloxone a d’ailleurs déjà été décrit chez l’homme, lors de douleurs postopératoires. Ces données suggèrent l’implication de deux systèmes différents dans les deux effets opposés de la naloxone. Les résultats obtenus chez des rats arthritiques rendus tolérants à la morphine et chez des rats arthritiques prétraités par la naloxone sont en faveur de cette hypothèse. Quant au(x) mécanisme(s) impliqué(s) dans l’effet antinociceptif paradoxal induit par les faibles doses de naloxone, nous suggérons qu’il(s) pourrai(en)t relever de la mise en jeu de récepteurs opioïdes particulièrement sensibles chez l’animal arthritique, et dont le rôle serait de contrôler la libération des peptides opioïdes endogènes par un mécanisme de rétro-contrôle négatif.



ABSTRACT

Using the measure of the vocalization threshold to paw pressure as a nociceptive test, we evaluated the effects of naloxone in an experimental model of chronic inflammatory pain, namely rats rendered polyarthritic by the injection of Freund’s adjuvant into the tail. From various experiments, it is clear that naloxone at extremely low doses can have a paradoxical antinociceptive effect in these animals, while high doses induce hyperalgesia. These effects were not observed in normal rats. Interestingly, an analogous biphasic effect of naloxone has been reported in clinical postoperative pain in humans. The present results suggest the existence of two different systems which might underly the two opposite effects of naloxone in this model of inflammatory pain. Experiments performed in morphine-tolerant arthritic rats and in arthritic rats pretreated with naloxone tend to support this hypothesis. As to the mechanism(s) involved in the paradoxical antinociceptive effect of low doses of naloxone, we suggest the possibility of an interaction with putative presynaptic opioid receptors which could be specially sensitive to the drug in these animals.



AUTEUR(S)
V. KAYSER

Reçu le 21 novembre 1988.    Accepté le 2 décembre 1988.

KEYWORDS
Endogenous opioid systems, naloxone, polyarthritic rats

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (877 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier