ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/1 - 1989  - pp.3-12  - doi:10.1007/BF03013823
TITRE
Bases neurophysiologiques du phénomène de contre-irritation

RÉSUMÉ

Le phénomène de contre-irritation, c’est-à-dire le fait qu’une douleur est masquée par un foyer douloureux hétérotopique, est connu depuis l’antiquité. Des expériences électrophysiologiques effectuées chez l’animal et chez l’homme ont permis d’étudier les mécanismes neuronaux qui pourraient être à l’origine de ce phénomène.

Chez le rat, un foyer nociceptif inhibe de façon spécifique les neurones convergents de la corne postérieure de la moelle; ces inhibitions, diffuses, puissantes et de longue durée, ont été décrites sous le terme de Contrôles Inhibiteurs Diffus induits par stimulation Nociceptive (CIDN). Les CIDN peuvent être déclenchés depuis n’importe quelle partie du corps de l’animal, distincte du champ récepteur excitateur du neurone enregistré, à la condition que le stimulus conditionnant soit franchement nociceptif. Les mćanismes neuronaux à l’origine des CIDN mettent une boucle supraspinale; la partie ascendante de cette boucle est confinée aux quadrants antérolatéraux, n’inclut pas le faisceau spino-thalamique, mais implique des faisceaux spino-réticulaires. La partie descendante est confinée aux funiculus postéro-latéraux. Enfin des maillons sérotoninergiques et opioïdergiques participent probablement à cette boucle complexe.

Des travaux récents permettent de conclure à l’existence de CIDN chez l’homme. Le réflexe nociceptif R



ABSTRACT

Counter-irritation phenomena, i. e. the masking of pain by a heterotopic painful focus, have been known for centuries. A neural substrate for this phenomenon can be proposed on the basis of electrophysiological experiments performed in both animals and humans.

In the rat a painful focus triggers widespread, powerful and long-lasting inhibitory phenomena acting specifically upon some neurones of the dorsal horn, namely the convergent (or wide-dynamic-range) neurones; these phenomena have been termed «Diffuse Noxious Inhibitory Controls» (DNIC). The mean feature of DNIC is that they can be triggered from any part of the body, distant from the excitatory receptive field of the neurone under study, provided that this conditioning stimulus is clearly noxious. The mechanisms underlying DNIC are not confined to the spinal cord, since supraspinal structures are implicated in the circuits. The ascending part of the looped pathway which subserves DNIC is confined to the ventrolateral quadrants of the spinal cord, but does not include the spinothalamic tract. Instead, the involvement of the spinoreticular tract appears very likely. The ascending signals triggering DNIC are confined to the dorsolateral funiculus. In addition serotonergic and an opioidergic links are probably involved in the loop subserving DNIC.

Recent investigations support the idea of a DNIC circuitry in humans. The nociceptive flexion R



AUTEUR(S)
D. LE BARS, J.C. WILLER

Reçu le 20 janvier 1989.    Accepté le 15 mars 1989.

KEYWORDS
Rat, man, dorsal horn, nociceptive reflex, counterirritation, experimental pain

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,37 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier