ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/2 - 1990  - pp.49-53  - doi:10.1007/BF03011368
TITRE
Comparaison de l’effet pharmacodynamique d’un comprimé de sulfate de morphine à libération prolongée à celui d’une solution de chlorhydrate de morphine par la mesure électrophysiologique du réflexe nociceptif de flexion, dit RIII

RÉSUMÉ

Le but de l’étude est de comparer l’effet pharmacodynamique de la solution de chlorhydrate de morphine à libération immédiate à celui cu comprimé de sulfate de morphine à libération prolongée après administration unique chez des volontaires sains.

Le critère principal d’évaluation est la mesure objective de l’effet analgésique par l’augmentation du seuil de réflexe nociceptif de flexion RIII.

Des travaux fondamentaux sur l’évaluation de la douleur par des techniques de neurophysiologie clinique ont montré qu’il existe une parfaite corrélation entre l’apparition d’une sensation douloureuse et le développement d’un réflexe médullaire de retrait ou réflexe RIII.

Cette étude a été menée en cross-over intra-individuel randomisé, en double aveugle avec utilisation d’un double placebo, chez 10 volontaires sains.

Chaque sujet a fait l’objet d’explorations algométriques avant et apr⪻s une prise unique d’un comprimé de sulfate de morphine à libération prolongée à la dose de 30 mg et une prise unique de solution de morphine à la dose de 10mg. La dose unique administrée de chacun des traitements correspond à la posologie habituellement utilisée pour initier un traitement à la morphine chez un malade.

L’analyse des résultats n’a pas mis en évidence de différence statistiquement significative entre l’effet analgésique des deux traitements. Ces résultats suggèrent que l’on peut débuter chez un malade, un traitement antalgique par le sulfate de morphine à libération prolongée sans période intermédiaire d’adaptation posologique avec la solution de morphine.



ABSTRACT

The aim of the study was to compare the pharmacodynamic effect of slow release morphine tablets and morphine chlorhydrate solution.

The main assessment criterion was the objective measurement of intensity of their analgesic effect by the increase of RIII threshold.

It was demonstrated that the threshold of nociceptive flexion reflex (RIII reflex) in normal subjects was well correlated with a pricking pain sensation. It was a double blind, double dummy, cross over study in ten healthy volunteers.

All subjects were investigated before and after single oral administration of slow release morphine tablets 30 mg or morphine solution 10 mg with ten days wash out period. The dosage has been chosen in order to comply with the starting dose usually used.

No difference was observed between the pharmacodynamic effect of slow release morphine tablets and morphine solution. These results suggest that treatment of pain can be initiated just as well with slow release morphine tablets as with morphine solution.



AUTEUR(S)
R. MARANHAO, F. SAUDUBRAY, Ch. VERDENNE, J.L. EYCHENNE, Y. LAZORTHES

Reçu le 18 octobre 1989.    Accepté le 14 mars 1990.

KEYWORDS
Oral morphine, nociceptive reflexes, pain, threshold, healthy volunteers

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (513 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier