ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/2 - 1990  - pp.55-57  - doi:10.1007/BF03011369
TITRE
Révision des résultats du traitement antalgique par la morphine orale vis-à-vis de différentes pathologies oncologiques

RÉSUMÉ

Une étude rétrospective a été effectuée chez 1048 malades souffrant de douleurs dues à un cancer avancé et ayant reçu au moins trois semaines de traitement de morphine HCI per os.

Les auteurs ont divisé cette population en fonction des différentes pathologies oncologiques et des localisations métastatiques éventuelles responsables de la symptomatologie douloureuse, ceci afin de pouvoir évaleur l’efficacité analgésique de la morphine orale.

Au niveau des résultats, la population a été subdivisée en deux groupes de malades: ceux dont la douleur était suffisamment soulagée («douleur soulagée») et ceux dont la douleur n’a pas été soulagée («douleur non soulagée»). Les effets secondaires et les doses de morphine administrées chez les deux groupes ont été ensuite analysés. Il en est résulté que les pathologies «tête et cou» et «autres» répondent au traitement par voie orale d’une façon plus significative que les autres pathologies et, que les malades atteints d’une «douleur non soulagée», malgré l’administration d’une dose considérablement plus forte de morphine, présentaient un nombre d’effets secondaires de signification statistique plus élevée.



ABSTRACT

In a retrospective analysis, 1048 patients affected by advanced cancer pain, who had been treated with morphine chlorhydrate for at least three weeks, were investigated.

The authors of this study divided the specimen according to the patient’s type of cancer and to possible metastatic sites responsible for pain. This subdivision aimed at assessing the analgesic effectiveness of oral morphine with regard to different cancer types. A division was finally carried out between patients with relieved and patients with unrelieved pain. Side-effects and morphine dosages were also analysed in both groups. As a result, «head & neck» and «other» painful pathologies appeared to be significantly more responsive than other pathologies to oral treatment and that the incidence of side-effects was significantly higher in patients with unrelieved pain, even though they were receiving significantly larger doses of morphine.



AUTEUR(S)
F. DE CONNO, L. BARLETTA, S. MILANI, C. RIPAMONTI, M. TAMBURINI, V. VENTAFRIDDA

Reçu le 24 février 1990.    Accepté le 4 avril 1990.

KEYWORDS
Cancer, pain, terminal patient, morphine

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (354 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier