ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/3 - 1994  - pp.99-104  - doi:10.1007/BF03005289
TITRE
Analgésie péridurale postopératoire

RÉSUMÉ

La découverte des récepteurs aux opioïdes dans la moelle épinière a ouvert de nouveaux horizons dans le traitement de la douleur postopératoire. Néanmoins, il nous manque toujours l’opioïde idéal capable de procurer une analgésie de longue durée, à déclenchement rapide et sans risque d’effets secondaires dangereux. C’est pourquoi l’attention s’est focalisée sur des schémas d’association non seulement avec des anesthésiques locaux, mais aussi avec d’autres adjuvants permettant des réductions de doses significatives des opioïdes comme des adjuvants. La tendance consistant à associer des opioïdes avec des anesthésiques locaux faiblement concentrés éveille un intérêt croissant car à l’heure actuelle il reste incertain si l’analgésie obtenue par une administration continue d’opioïdes lipophiles est un véritable effet issu de la moelle épinière, ou plutôt le résultat de la redistribution systémique du médicament vers des niveaux surépineux. En dépit de cela, l’administration continue et la PCA (analgésie autocontrôlée) sont certainement les techniques du futur, quelque soit le regain d’intérêt pour les injections bolus de morphine. II ne fait pratiquement aucun doute que la voie péridurale offre d’autres effets bénéfiques en plus du soulagement de la douleur, mais pour atteindre ces effets, l’utilisation d’anesthésiques locaux est indispensable. Les opioïdes n’influencent vraisemblablement pas l’agrégation plaquettaire, ni n’accélèrent la motilité intestinale. Les anesthésiques locaux peuvent induire une meilleure qualité d’analgésie. Toutefois, des études ultérieures, permettant de distinguer entre douleur au repos et douleur lors d’un mouvement stressant le site de l’opération, sont impératives pour déterminer les concentrations et doses optimales des anesthésiques locaux nécessaires pour améliorer la qualité de l’analgésie induite par les opioïdes. La place exacte des agonistes alpha-2-adrénergiques dans l’analgésie postchirurgicale, qu’ils soient utilisés en monothérapie ou en association, demeure incertaine.



ABSTRACT

The discovery of opioid receptors in the spinal cord has opened new horizons in the treatment of postoperative pain. Nevertheless we still lack the idel opioid providing longlasting pain relief of fast onset without the risk of lifethreatening side-effects. This has resulted in more attention being focused on combined regimens with local anaesthetic drugs in the first place but also other adjuvant agents allowing for significant dose reductions of both opioid and additives. The trend towards combinations of opioids with low concentrations of local anaesthetics has received growing interest due to the unanswered question as to whether analgesia obtained with continuous administration of lipophilic opioids is a true spinal cord effect or the result of a drug being redistributed through plasma to supraspinal levels. Nevertheless continuous and PCA administration are the techniques of the future rather than the renewed interst in bolus injections of morphine. There should be no doubt that the perispinal route offers other beneficial effects besides pain relief but that for this purpose the use of local anaesthetics in indispensable. Most probably opioids have no effect on platelet aggregation neither do they accelerate bowel motility. Local anaesthetics may induce a better quality of analgesia. However. future studies, making more distinction between pain at rest and pain during activity stressing the site of operation, are mandatory to determine the optimal concentration and dose of local anaesthetic drugs to improve the quality of opioid induced analgesia. The definite place of alphé-2-adrenergic agonist drugs in postsurgical pain relief, whether used alone or in combined regimens, still remains unclear.



AUTEUR(S)
M. VERCAUTEREN

Reçu le 12 février 1994.    Accepté le 10 juin 1994.

KEYWORDS
Pain, postoperative anaesthetic techniques, regional, epidural analgesics, fentanyl, morphine, sufentanil equipment, patient-controlled analgesia

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (601 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier