ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 15/1 - 2002  - pp.63-66  - doi:10.1007/BF03008118
TITRE
L’analgésie contrôlée par le patient âgé

RÉSUMÉ

L’analgésie postopératoire contrôlée par le patient (ACP) est encore sous utilisé chez la personne âgée. Cette technique permet toutefois d’apporter une réponse efficace adaptée aux difficiles problèmes posés par la prise en charge de la douleur chez l’opéré âgé. D’une part, le patient peut gérer lui-même le traitement de sa douleur. D’autre part, l’ACP permet une titration continue des analgésiques. Ainsi, avec les morphiniques, dont l’activité intrinsèque augmente avec l’âge, le risque de surdosage est réduit. L’ACP morphine permet d’obtenir un meilleur niveau d’analgésie que la technique conventionnelle par voie intramusculaire avec une qualité supérieure des suites opératoires. Cette technique s’avère toutefois inférieure aux possibilités de l’analgésie locorégionale. L’existence de troubles cognitifs préopératoires, éventualité fréquente chez les personnes âgées, contreindiquent toutefois la mise en place d’une ACP. Les paramètres de réglage de la pompe d’ACP morphine sont identiques à ceux décrits pour l’adulte jeune. Chez le patient à risque, une dose de bolus de 1 mg ne devrait pas être dépassée. A la surveillance habituelle de la qualité d’analgésie, de la fonction respiratoire et du niveau de vigilance, il est utile d’adjoindre chez le vieillard, une évaluation quotidienne du statut mental pour dépister l’apparition éventuelle d’un délire postopératoire.



ABSTRACT

Patient-controlled analgesia (PCA) is not yet routinely used in the elderly. However this technique theoretically allows an adequate response to postoperative pain management in such patient. First, the assessment of level of pain is particularly difficult in elderly, and PCA allowing selfadministration of analgesic may obviate this problem. Second, analgesic doses can be finely and continuously titrated. So, since the opioid-induced adverse effects increase with age, the risk of overdose is reduced. Compared with as-needed intramuscular morphine, PCA improved analgesia and resulted in fewer postoperative complications. This technique is however inferior to epidural or perineural analgesia. Moreover, patients who have preoperative evidence of cognitive dysfunction should not use PCA. PCA settings are similar to that in younger patients. In high risk subjects, a 1 mg morphine bolus seems to be optimal. Standart observation of vital signs, sedation and pain scores are request and, in addition, the daily perioperative assessment of the mental status is useful.



AUTEUR(S)
C. MANN, Y. POUZERATTE, P. GINIES

Reçu le 3 février 2001.    Accepté le 4 avril 2001.

MOTS-CLÉS
Analgésie contrôlée par le patient, douleur post-opératoire, patient âgé, morphine

KEYWORDS
Patient-controlled analgesia, elderly, postoperative pain management

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (474 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier