ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Douleur et Analgésie

1011-288X
Vous êtes sur le site des articles parus entre 1988 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 21/3 - 2008  - pp.163-168  - doi:10.1007/s11724-008-0100-9
TITRE
Les opioïdes forts dans le cadre de la douleur chronique non cancéreuse: une iatrogénie sous-estimée

TITLE
Opioids in non-cancer chronic pain: underestimated iatrogenic effects

RÉSUMÉ

Les traitements des patients atteints de douleurs chroniques non cancéreuses par les opioïdes forts posent toujours des problèmes. Les observations cliniques montrent une iatrogénie importante de ces traitements. Les effets secondaires — sauf la dysurie — sont bien connus et anticipés par les prescripteurs. Mais la tolérance aux opioïdes, qui entraîne une escalade des posologies, voire une rotation des opioïdes sans effet antalgique probant, ou la dépendance à l’arrêt du traitement, semble négligée. Des recommandations d’experts ont été élaborées par plusieurs sociétés savantes; nous les rappelons dans ce travail; elles ont précisé le cadre de la prescription des opioïdes forts; elles gardent toute leur pertinence. Des études récentes d’épidémiologie vont dans le même sens d’une vigilance accrue de la prescription de ces médicaments au long cours pour des douleurs chroniques non cancéreuses. Une évaluation pluridisciplinaire est justifiée pour cette prescription au long cours d’opioïdes forts à des patients qui présentent bien souvent des antécédents psychopathologiques, une pathologie sévère dans les antécédents. Devonsnous rappeler sans cesse notre devise de thérapeute «primum non nocere»?



ABSTRACT

Non-cancer chronic pain treatment with opioids is complicated. The use of opioids in non-cancer chronic pain often leads to adverse events. Such adverse events are now familiar to dispensers of primary care, with the exception of dysuria. But the effects of opioid tolerance resulting in the prescription of higher doses, or a rotation of opoids without any proven analgesic effect, as well as the effects of dependency when the treatment is stopped, do not appear to have been studied in any depth. In this article, we discuss the recommendations of various experts relative to an opioid management strategy. Recent epidemiological studies show that opioids need to be monitored carefully in non-cancer chronic pain. Treatment of patients with psychopathologies should be initiated in multidisciplinary pain clinics and general therapeutic concept. We must never forget that “Primum non nocere”.



AUTEUR(S)
O. BREDEAU

MOTS-CLÉS
Douleurs chroniques non cancéreuses, Opioïdes, Effets iatrogènes

KEYWORDS
Non-cancer chronic pain, Opioids, Iatrogenic effects

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (114 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier